Accueil » Nos articles » The Suicide Squad : Peacemaker – Kupperberg, Smith & Cowan

The Suicide Squad : Peacemaker – Kupperberg, Smith & Cowan

Diplomate de profession, Christopher Smith sait mieux que personne que certains conflits ne peuvent se régler qu’avec la manière forte. Aussi, lorsque la situation l’exige, il endosse le costume du Peacemaker et se charge de donner un coup de pouce à la Liberté lorsque les négociations semblent bloquées. Et ses coups de pouce, il les met toujours en pleine tête… Son petit monde bascule lorsque ce défenseur des valeurs américaines découvre qu’il est en réalité le fils d’un ancien commandant de camp de concentration…

TW : propos racistes, régime nazi, violence


Chronique réalisée en toute honnêteté suite à un partenariat avec les éditions Urban Comics. Merci à eux pour leur confiance.

J’ai très récemment regardé le film Watchmen et j’ai été plus qu’intriguée par le personnage du Comédien. C’est notamment Peacemaker, qui cherche à apporter la paix en faisant usage de la violence, qui a donné naissance au personnage du Comédien. Comment dire que, lorsque j’ai su que le comics The Suicide Squad : Peacemaker allait sortir, je me suis jetée dessus ! Ce comics reprend la vie et les aventures de Christopher Smith, diplomate de profession au passé douloureux que l’on apprend petit à petit à connaître.

La psychologie du personnage est très intéressante. J’ai vraiment aimé en apprendre plus sur lui, découvrir son passé (et tout particulièrement son enfance) pour mieux appréhender ce qu’il devient. C’est un personnage vraiment complexe, très difficile à cerner, et je trouve qu’il est ici parfaitement mis en avant. De plus, j’ai beaucoup aimé les “rapports officiels” qui venaient se glisser entre les planches. Cela apporte vraiment un plus, et aide à se plonger encore plus profondément dans la vie du Peacemaker.

Le style de Tod Smith m’a beaucoup plus, mais j’ai parfois eu un peu plus de mal avec la plume de Paul Kupperberg… Il faut prendre en compte que les planches datent de la fin des années 90. Je comprends la nécessité de montrer un peuple divisé, désuni, et je conçois que la mise en avant de certaines mentalités si détestables et méprisables soient-elles est importante. Mais malgré cela, la virulence de certains propos m’a tout de même dérangée par moments.

  • Dessins
  • Histoire
  • Plume
4

Mathilde

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page