Accueil » Nos articles » Sous les ailes du Dieu Corbeau – Sara Pintado

Sous les ailes du Dieu Corbeau – Sara Pintado

Alors que le Grand Roi de Chaljuse dépérit, la lutte pour la succession se prépare. Jenarp, son fils cadet, se doit de réussir l’Épreuve des Crocs pour devenir adulte et espérer prétendre au trône. Ijpurna, garçon fragile et grand amour de Jenarp, aborde l’Épreuve avec beaucoup plus de réticence. Les Mages du Palais comme ses camarades lui vouent en effet une grande rancoeur due à ses origines comme à son identité de genre, qu’ils risquent fort de lui faire payer quand il sera seul et vulnérable dans la montagne. Quant à Araxa, fille du Mage Suprême et assoiffée de connaissances, peut-être apprendra-t-elle enfin les Mystères interdits aux femmes, ainsi que le nom secret du Dieu Corbeau ?

TW : viol, scènes violentes, sexisme, homophobie

🏳️‍🌈 Personnages principaux homosexuels et bisexuels


Chronique réalisée en toute honnêteté suite à un partenariat avec les éditions Noir d’Absinthe. Merci à Audrey pour sa confiance.

Avant de commencer, je vous informe que nous assistons à une scène de viol, même si assez implicite, qui n’est pas mentionnée en début de roman, tout comme des scènes assez sanglantes. Ces scènes sont problématiques pour des personnes sensibles et compliquées à gérer, voilà pourquoi je tiens à le préciser ici.

Nous découvrons un univers assez complexe, inédit par l’introduction des corbeaux dans la mythologie. Car en effet, si la magie reste un élément classique des romans de fantasy, nous observons un rôle important des corbeaux et nous découvrons l’existence de dieux également, assez particuliers. Toute cette partie est fascinante, bien que pas assez approfondie selon moi.

C’est un monde où la magie et la connaissance concernant ce domaine ne sont réservées qu’aux hommes, et les femmes n’y ont pas du tout accès. Tous ceux qui enfreindraient cette règle seront punis par la loi. Nous suivons d’ailleurs quelques jeunes femmes qui cherchent à en savoir plus, en toute discrétion, car elles trouvent cela injuste. Un petit peu de féminisme dans ce roman qui dépeint une société qui a existé, où beaucoup de droits étaient refusés aux femmes du fait de leur genre.

On note la présence de personnages homosexuels et bisexuels, que condamnent la société dans laquelle vivent les personnages. Ils doivent faire face aux préjugés, à la haine et à la peur de l’inconnu dans les yeux des autres, dont l’esprit étroit les empêche d’évoluer et leur fait faire des mauvais choix. Par ailleurs, se posent également la question de confiance en soi, notamment par rapport au regard des autres, et aux normes physiques de la beauté.

Ce roman soulève donc des problématiques actuelles tout en les intégrant intelligemment dans un monde de fantasy intéressant, qui aurait toutefois mérité quelques pages et explications supplémentaires car il manque de profondeur.

Ce roman fantasy s’inscrit dans le même univers que le précédent de l’autrice, Mojunsha, et ce fut un plaisir de retrouver cette complexité et cette mythologie aux inspirations indiennes, avec des divinités sous forme d’avatar, ici le Corbeau, qui fait l’objet d’un culte. Le royaume de Chaljuse est plein de complots et de trahisons, comme tout ceux de cet univers mais cette fois, on ne va pas se concentrer sur cela. Le premier était déjà très adulte et sombre, tandis qu’ici, on a du young-adult mais toujours assez violent, il faut prendre en compte les TW avant votre lecture si vous y êtes sensible. On va suivre trois adolescents, une fille et deux garçons, ainsi qu’une adulte les accompagnant dans leur quête pour découvrir qui iels sont, entre magie et pouvoir. Les points de vue sont multiples, ce qui est au départ assez troublant car il est difficile de comprendre qui est qui, mais cela donne comme la fois passée un aperçu de l’intrigue absolument fantastique.

Les personnages sont complexes, malgré leur jeune âge, et je dirais que leurs réactions sont peut-être trop matures pour leur âge. Cependant, les réflexions que posent le récit sont très pertinentes, notamment sur la vision des normes dans une société, sur la beauté, les relations amoureuses, le sexisme, ou encore la pression de la famille et le traitement des victimes. On observe les conséquences du regard des autres, du jugement, sur la construction d’un caractère et c’est assez poignant. Tout cela est mélangé à la religion, au culte, et à tous les vices qui peuvent en découler, dont l’homophobie et le sexisme, qui prennent ici une proportion importante dans l’intrigue. Le roman offre également une représentation forte de l’extrémisme religieux, dangereux à son paroxysme.

J’ai trouvé l’aspect féministe bien traité, avec un combat de quelques femmes pour leur liberté de vivre et d’être ce qu’elles veulent, qui en inspire d’autres. La magie est en effet réservée aux hommes, car les femmes seraient destinées à être autrement investie dans la société : s’occuper du foyer, apprendre à tisser, être près de leurs maris… Une société patriarcale, mise à mal par quelques femmes qui veulent s’affranchir de ces lois qui les punissent. Mais elles ont des alliés, les choses bougent, et j’ai hâte de pouvoir suivre les aventures conjointes de cette génération avec les précédentes, dans la lutte de pouvoir et de religion à venir.

  • Intrigue
  • Personnages
  • Univers
4.3

Kelly

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page