Accueil » Nos articles » L’empire s’effondre – Sébastien Coville

L’empire s’effondre – Sébastien Coville

Alfred de Pergoal, ingénieur et créateur des plus beaux engins à vapeur de son temps, se rend au palais pour assister à la cérémonie du millénaire de Seth. Mais la capitale est une cocotte-minute. En ce soir de fête, les habitants, sous le joug d’une théocratie au système de castes injuste et brutal, sont prêts à tous les excès, et même à la révolution. Il va suffire d’un attentat pour sceller le destin du cercle-monde. Cette fois, c’est irrémédiable : l’Empire s’effondre. L’effondrement est total. Il trouve son origine au sein des instances du pouvoir, les dirigeants de l’Empire sont impuissants à enrayer l’implosion du pays. Dans le chaos, le glissement de la théocratie vers un régime militaire implacable semble se dessiner. Alfred de Pergoal sera-t-il le porte-étendard de la rébellion défendant l’esprit et le savoir plutôt que les armes, la violence et l’obscurantisme ? Dans ce premier tome d’une trilogie éponyme, l’auteur nous livre un roman de stratégie politique et guerrière, de foi, d’amour et de vengeance. Sous sa forme classique digne des grands romans d’aventures, cet opus dense et furieux offre une lecture jubilatoire. De l’embrasement de la ville de Seth aux neuf collines à la bataille de Lomvarde, de la découverte des secrets cachés du Faëton à la quête des mystères du cercle-monde, s’ouvre au lecteur un nouveau monde avec des femmes et des hommes inoubliables jouant à chaque instant leur destin.

TW : violences explicites, viol, torture


Chronique réalisée en toute honnêteté suite à un partenariat avec les éditions Anne Carrière. Merci à Julia pour sa confiance.

Un récit SF / steampunk…

Sébastien Coville nous plonge dans un récit aux inspirations science-fiction, plus spécifiquement dans le sous-genre steampunk. Je vous présente Seth, la capitale du Cercle Monde, une ville où tous les centres de la vie (sociale, politique, culturelle, économique) convergent. Les hauts niveaux sont là où réside le pouvoir, les bas niveaux sont là où se trouve la violence des bas-fonds. Cette année, le Carnaval se prépare, une fête d’autant plus symbolique puisqu’on s’apprête à fêter le millénaire de l’Empire. Les préparatifs, purement fastueux, des différentes castes prennent une tournure symbolique, couplée à la joie des travailleurs, l’emballement des parias et des marginaux… Cependant quelque chose grouille, se prépare dans l’ombre. Alfred de Pergoal, brillant ingénieur semble sur la sellette : ses opinions dérangent, ou du moins son absence d’opinion. Se confronter au pouvoir des Princes, des Dieux et des Déesses c’est signer son arrêt de mort… Mais ce Carnaval est différent, la révolte embrase les rues de la ville : la violence est alors à son apogée, l’instauration d’un nouvel ordre mondial est la finalité.

… au coeur d’un embrasement total…

L’Empire s’effondre, c’est l’histoire de guerres, entre les peuples, pour le pouvoir, pour la paix mais aussi la liberté. L’auteur parvient à nous faire vivre énormément d’émotions : attention, le récit est cru, violent, rien n’est beau ni idéalisé. C’est un corps à corps brut dans lequel nous plonge l’auteur et c’est vrai qu’on peut vite se sentir éprouvé de ressentir autour de choses à la fois. On découvre les complots politiques, les machinations, les émotions du peuple : tout ce que le peuple traverse, le lecteur le traverse aussi.

… aux inspirations fortement historiques !

Sébastien Coville nous livre ici un récit entre théocratie et révolution industrielle. Fortement inspiré de l’Empire romain, on retrouve de nombreuses références à la création de Rome mais aussi aux lieux de pouvoir (les sept collines par exemple, les dieux, mais aussi le modèle politique). C’est un récit vraiment riche, sur l’aspect historique : il faut aller beaucoup plus loin que ce que l’auteur nous donne, réfléchir et se remettre en question. Je pense que c’est un récit très dense, on peut vite se sentir perdu.e, ce fut mon cas au début du récit. On découvre de nombreuses castes, toutes associées à des dieux, et ensuite chaque caste est gouvernée par un prince qui représente une catégorie / secteur de métiers. Le récit nous offre une réflexion sur le modèle politique avec la mise en place d’un triumvirat là où il y avait 7 castes avec 8 individus au pouvoir. Une percée religieuse puisque les croyances s’opposent (vrais croyants / faux croyants, faux dieux…) et, enfin, une vision sur la paix possible. C’est un récit addictif, qui fait d’importants parallèles avec notre Histoire et nos sociétés.

Pour un premier tome, j’ai trouvé le récit vraiment bien amené : les personnages sont complexes, attachants. J’ai été assez horrifiée : la plume de l’auteur est poétique et cruelle. Au détour d’une phrase, on peut totalement basculer dans l’horreur et la violence la plus extrême possible. La suite de cette trilogie est actée pour 2022 et 2023 : j’ai hâte de découvrir et d’explorer cet univers aussi riche que complexe, surtout après un final en apothéose.

  • Personnages
  • Univers
  • Thématiques abordées
  • Plume
4.8

petitmomentlitteraire

0 réflexion sur « L’empire s’effondre – Sébastien Coville »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page