Accueil » Nos articles » Le syndrome [E] – Thilliez, Runberg & Brahy

Le syndrome [E] – Thilliez, Runberg & Brahy

Un film mystérieux et malsain qui rend aveugle. Voilà de quoi gâcher les vacances de Lucie Henebelle, lieutenant de police à Lille, et de ses jumelles. Cinq cadavres retrouvés atrocement mutilés, le crâne scié… Il n’en fallait pas plus à la Criminelle pour rappeler le commissaire Franck Sharko, en congé forcé pour soigner ses crises de schizophrénie. Très vite, ces deux affaires pourtant éloignées semblent étroitement liées. De la casbah d’Alger aux orphelinats du Canada, les deux nouveaux coéquipiers vont mettre le doigt sur un mal inconnu, d’une réalité effrayante.

🧠 Personnage schizophrène

TW : sang


Chronique réalisée en toute honnêteté suite à un partenariat avec les éditions Philéas. Merci à Lydiane pour sa confiance.

Cette bande-dessinée policière est tirée d’un roman de Franck Thilliez, un auteur de thriller que j’admire énormément. J’avais adoré son roman Puzzle et j’étais donc très intriguée par cette parution qui a été plus qu’à la hauteur ! L’intrigue m’a happée et je suis rentrée très facilement dans cette histoire sombre et assez glauque. En effet, c’est une histoire dynamique, sanglante et intrigante qui nous est présentée. Les illustrations rendent parfaitement compte de cette ambiance poisseuse et certains dessins m’ont mis la chair de poule. 

Les thématiques du cinéma et de la politique sont bien incorporées à l’histoire et j’ai aimé voir ces deux univers se mêler. On sent que des recherches ont été menées pour que tout semble vraisemblable, ce qui est super. Tout l’aspect manipulation mentale m’a aussi beaucoup intriguée et j’ai apprécié le fait qu’on rentre dans les détails de cette science discutable et glaçante.   

J’ai aussi aimé le côté international de l’intrigue, avec une partie de l’enquête qui se déroule en Algérie. Seul bémol : l’écriture. Au lieu d’avoir cherché à reproduire correctement les lettres de l’alphabet arabe, l’illustrateur s’est contenté de faire passer pour de l’arabe du français stylisé et écrit à l’envers. Ce qui, je trouve, est un manque flagrant de recherche et de respect pour le lecteur. Lorsqu’on souhaite situer son intrigue à l’étranger, on doit prendre la peine de représenter correctement le pays en question.   

Mais si ce souci s’est posé, j’ai tout de même trouvé que l’ambiance des rues était bien retranscrite et qu’un effort a été fait pour l’architecture. Les événements s’y déroulant sont haletants et c’est un des tournants majeurs de l’enquête.

Cette dernière, écrite et pensée pour être un roman, est ici condensée pour tenir dans le format particulier qu’est la bande-dessinée. Certains événements arrivent rapidement dans l’histoire, mais j’ai trouvé ce rythme effréné assez plaisant. Les actions se succèdent sans temps mort et on a à peine le temps de nourrir un soupçon que la situation s’est renversée. 

Ma lecture a été addictive et cela aussi grâce aux personnages de Lucie Henebelle et de Franck Sharko. Ils ont des trajectoires assez classiques d’enquêteurs aux vies familiales difficiles et aux rapports à la hiérarchie pas évidents, mais restent tout de même des protagonistes avec leurs lots d’originalité.    

Certaines facilités sont prises dans leur relation, mais elles permettent de se concentrer sur l’enquête, ce qui est plutôt chouette. Je n’avais pas envie de m’éterniser sur leur rencontre et ce qui en découle, alors j’ai trouvé les quelques pages qui y sont consacrées suffisantes.   

Finalement, j’ai beaucoup aimé le dénouement même s’il n’a pas été une claque. En effet, l’histoire est construite de manière à ce qu’on comprenne progressivement le dénouement, au même rythme que les enquêteurs qui réunissent les pièces du puzzle. Il n’y a donc pas de choc de la révélation. Mais le suspense autour de ce qui va advenir des personnages m’a tenu en haleine et m’a fait adhérer à cette résolution. 

De plus, la toute fin donne particulièrement envie de lire la suite, car en effet un tome 2 est prévu et promet d’être palpitant !

  • Intrigue
  • Illustrations
  • Ambiance
5

Hajar

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page