Accueil » Nos articles » Le monstre – Walter Dean Myers

Le monstre – Walter Dean Myers

Steve Harmon, un adolescent afro-américain de 16 ans, voit son monde s’effondrer lorsqu’il est jugé pour meurtre. Le propriétaire d’une pharmacie de Harlem a été tué par balle dans son magasin, et Steve est accusé d’avoir servi de guet. Du jour au lendemain, il se retrouve enfermé derrière les barreaux. Coupable ou innocent, Steve devient un pion au cœur d’une bataille juridique qui le dépasse. Pour la première fois, il est obligé de penser à qui il est alors que grandit le risque qu’il soit condamné à passer le reste de sa vie en prison. Pour faire face aux événements horribles qui l’entourent, Steve, cinéaste amateur, décide de transcrire son procès en scénario, comme au cinéma. Il décrit scène par scène la façon dont toute sa vie a été transformée en un instant. Mais malgré ses efforts, la réalité est floue et sa vision obscurcie jusqu’à ce qu’il ne puisse plus dire qui il est ou quelle est la vérité. Dans ce roman, qui fait l’objet d’une adaptation Netflix, Walter Dean Myers aborde les thèmes de l’identité, des stéréotypes raciaux et des défauts du système judiciaire. « Peut-être que je pourrais faire mon propre film. Je pourrais l’écrire et le jouer dans ma tête. Je pourrais ébaucher les scènes comme on faisait à l’école. Le film serait l’histoire de ma vie. Enfin non, pas de ma vie mais de cette expérience. Je l’écrirai dans le cahier qu’ils m’ont permis de garder. Je l’appellerai comme la dame qui est procureure m’appelle. LE MONSTRE »

✊🏿 personnages afro-américain

TW/CW: violences physiques en milieu carcéral


Chronique réalisée en tout honnêteté suite à un partenariat avec les éditions HLAB. Merci à eux pour leur confiance.

La première phrase de cette histoire nous plonge au cœur d’une prison américaine, et plus généralement, d’une affaire judiciaire dans laquelle deux protagonistes sont jugés : Steve Harmon et King. L’expression “être présent au mauvais endroit au mauvais moment” prend tout son sens. Steve se retrouve embarqué dans une procédure judiciaire qui le dépasse complètement, à l’instar de K dans le Procès (Le procès – Franz Kafka). J’ai beaucoup aimé le format utilisé. L’histoire est racontée et mise en page sous la forme d’un scénario de film. C’est original et ça permet au lecteur d’avoir des indices très précis sur l’attitude des personnages, par exemple quand il y a des gros plans. De plus, ce format s’adapte parfaitement à l’histoire puisqu’il s’agit du déroulé du procès. Les dialogues ont une importance particulière et ils peuvent être bien mis en avant. Cette partie scénarisée est complétée par des passages de récit du jour du meurtre et des flashbacks de la vie de Steve.

Ce récit nous renseigne aussi beaucoup sur la justice en elle-même. C’est très intéressant de comprendre comment se déroule un procès américain, comment les questions sont posées, savoir qui parle en premier, etc. Par ma formation juridique, j’ai pu comparer avec la procédure pénale française et de voir ce qui peut différer et, au contraire, ce qui peut se ressembler. Dans les deux cas, les enjeux sont importants puisqu’il s’agit de la vie d’un homme.

Forcément, on s’attache à Steve, peu importe qu’on le pense coupable ou non. Ses conditions de détention sont révoltantes et cela permet d’esquisser un problème persistant qui est celui de la surpopulation carcérale et des conditions dans lesquelles vivent les détenus. Cette histoire permet aussi de dénoncer le racisme et les jugements expédiés rapidement d’un jeune homme noir vivant dans les quartiers pauvres qui est forcément le coupable idéal. Les messages transmis par l’auteur pour dénoncer tout cela sont forts et résonnent avec l’actualité.

Une lecture fluide dont l’histoire s’adapte très bien au format cinématographique. J’ai bien aimé et je compte regarder l’adaptation qui en a été faite.

Le monstre raconte le procès d’un adolescent afro-américain accusé de meurtre pendant un braquage. L’intrigue se découpe suivant plusieurs angles ; le déroulé du procès, l’immersion dans le quotidien carcéral du jeune homme et des feed-back retraçant son parcours. Ce choix de découpage permet d’aborder plusieurs sujets tels que les injustices sociales, les failles du système judiciaire américain, et la surpopulation carcérale.

Les faits sont contés sous la forme d’un scénario. Cet aspect de l’intrigue fait que j’ai été happé par l’ambiance dès les premières pages. La psychologie de Steve (le personnage principal) est tellement bien réalisée, qu’on en vient à ressentir son désarroi, ses doutes et ses peurs. Chaque détail dans ce récit est traité avec finesse. Au fil de mon avancée, j’arrivais à me projeter dans ces lieux sombres et angoissants. J’ai apprécié l’expérience de cette lecture qui m’a donné l’illusion d’être dans une salle de cinéma. C’est une belle réussite.

Concernant l’intrigue, ça a été également une bonne découverte. J’ai beaucoup aimé les parties portant sur le procès lui-même. La bataille juridique entre tous les avocats impliqués était impressionnante et semblait vraiment réelle. C’était captivant d’être le spectateur de ce procès et surtout de mesurer les risques encourus pour Steve. Chaque preuve et les faits sont montrés avec une telle justesse et une clarté, permettant aussi aux lecteurs de se faire sa propre idée avec les preuves distillées. Ce n’est pas évident d’avoir un avis tranché. On croit une vérité, et l’instant d’après, les doutes viennent. Je suis passée par plusieurs émotions en suivant le parcours de cet adolescent. Est-ce que le passé, ou nos fréquentations font forcément de nous de mauvaises personnes? Hélas, la société a tendance à cataloguer des personnes en se basant sur des stéréotypes. Le bénéfice du doute n’est plus permis. Et ce livre est assez intéressant, parce qu’il questionne aussi cette réalité.

Vous l’aurez compris, c’est un livre que je recommande fortement, pour les thématiques traitées et sa construction originale. C’est un format qui pourrait ne pas plaire, mais ici, c’est assez bien fait. Une adaptation télévisuelle a été réalisée. Je compte la regarder, en espérant qu’elle soit aussi qualitative que le livre.

  • Histoire
  • Personnages
  • Mise en page
4

lemondestunlivre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page