Accueil » Nos articles » Eat and Love Yourself – Sweeney Boo

Eat and Love Yourself – Sweeney Boo

Mindy a 27 ans et travaille dans un café de Montréal. Timide et mal dans sa peau, elle souffre d’un trouble du comportement alimentaire depuis l’enfance. Un soir, dans son épicerie de quartier, elle achète une tablette de chocolat qui va lui permettre de revisiter son passé et lui offrir une chance de reprendre sa vie en main. Mais sera-t-elle capable de retrouver le chemin vers son présent, pour enfin s’accepter avec amour et bienveillance ?

🧠 Personnage principal boulimique (trouble du comportement alimentaire – TCA)

TW : TCA (boulimie : binge eating, vomissements, dégout de soi), grossophobie, injure homophobe (une fois)


Chronique réalisée en toute honnêteté suite à un partenariat avec les éditions Ankama. Merci à eux pour leur confiance.

« Eat, and Love Yourself » est une BD qui a pour objectif de faire découvrir la boulimie, un trouble alimentaire très courant mais encore mal compris, et très peu considéré. Nous allons suivre Mindy, une jeune fille qui gère ses émotions grâce à la nourriture. Un jour, elle découvre une tablette de chocolat qui promet de s’aimer un peu plus à chaque bouchée, et elle se laisse tenter. Elle va alors replonger dans ses souvenirs, et essayer de comprendre comment elle en est arrivé là. 

Je tiens d’abord à saluer Sweeney Boo, l’autrice, et Ankama, la maison d’édition française, pour nous proposer ce titre. Les troubles du comportements sont très peu abordés de manière générale dans la fiction pour adolescents, et il est encore plus rare que ce trouble soit de la boulimie ou de l’hyperphagie. Chaque trouble est différent, une personne boulimique n’aura pas les mêmes crises et mécanismes de défense qu’une autre, mais j’ai trouvé ce livre très juste dans la présentation du trouble. On ressent vraiment le mal-être de Mindy, qui essaye de le cacher tant bien que mal, sans vraiment réussir. C’était très touchant, et étant moi-même boulimique, ce livre m’a beaucoup émue. 

Ce que j’ai le plus aimé dans ce livre, c’est la volonté de mettre en avant l’impact de petites phrases qui peuvent sembler anodines sur une personne. On voit qu’à partir de phrases lancées sur le coup de l’agacement, un enfant peut développer des habitudes très néfastes pour lui-même, qui s’aggravent avec le temps et les réflexions suivantes. On y voit également très bien l’isolement qui accompagne les troubles, en commençant par la famille, mais aussi les amis, et la difficulté à faire des rencontres, amoureuses comme amicales. Après tout, comment penser sincèrement que les gens nous apprécient quand on ne s’apprécie déjà pas soi-même ? 

Je ne mets pas 5 étoiles, tout simplement parce que je trouve que cette BD aurait pu aller plus loin. A aucun moment, dans le texte, les termes “trouble du comportement alimentaire” ou “boulimie” n’ont été prononcés, et je trouve que c’est dommage, étant donné que c’est un trouble peu connu. Il m’a fallu plus de 7 ans pour savoir que ce que j’avais était un TCA, tout simplement parce que comme beaucoup, pour moi un TCA c’était l’anorexie et les risques qui vont avec, et je n’ai compris les risques pour ma propre santé que bien plus tard. J’aurai aimé que ces termes soient dit, ailleurs que dans le résumé, ne serait-ce que pour mettre un mot sur le mal-être de Mindy. En revanche, la définition de la dysmorphophobie donnée par le psychiatre de Mindy est vraiment juste et marquante. 

Je trouve également dommage de s’arrêter aussi rapidement dans l’histoire. Il est indiqué sur le site de la maison d’édition que c’est un one shot, mais j’aurai aimé voir la guérison de Mindy, son parcours, sa volonté de s’en sortir. Ces petits défauts ne sont rien par rapport à l’importance de cette BD, et je ne peux que vous encourager à 1000% à la lire. 

  • Représentation
  • Intrigue
4.3

Philippine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page