Accueil » Nos articles » Debout dans l’eau – Zoe Derleyn

Debout dans l’eau – Zoe Derleyn

La narratrice, une enfant de onze ans, vit chez ses grands-parents, dans le Brabant flamand. Sa mère l’a abandonnée des années auparavant. C’est l’été dans cette vaste maison bordée d’un étang et d’un magnifique jardin. Le grand-père est en train de mourir dans une des chambres à l’étage, visité chaque jour par une infirmière. Cet homme autoritaire, distant, intimidant, est l’ombre manquante dans le jardin, espace de prédilection où sa petite-fille l’assistait dans ses occupations. Alors que la mort approche, autour de la fillette prennent place les différents protagonistes de ce lieu où la nature est souveraine : ses grands-parents bien sûr, les trois chiens, un jeune homme qui s’occupe des gros travaux, une baleine qui un jour a surgi dans l’étang. Elle rêve aussi d’un ailleurs qui pourrait être l’Alaska, la mer des Sargasses ou les Adirondacks.


Chronique réalisée en toute honnêteté suite à un partenariat avec les éditions Rouergue. Merci à Juliette pour sa confiance.

Debout dans l’eau nous conte l’histoire d’une jeune fille de presque onze ans vivant chez ses grands-parents qui nous partage son quotidien durant l’été mais aussi certains souvenirs partagés avec eux.

Très vite, nous comprenons qu’elle a été abandonnée par sa mère à la naissance et laissée entre les mains de ses grands-parents. Elle vit donc dans une grande maison de campagne tout près d’un étang et de grands jardins mais aussi avec trois chiens. Entre jardinage, baignade dans l’étang et les moments de partage en cuisine avec sa grand-mère, on s’immerge dans les lieux comme si nous y étions et le récit nous met en confrontation avec nos propres souvenirs d’enfance.

Le grand-père à l’étage est malade et ne va pas tarder à mourir. On ne sait combien de temps il lui reste mais il s’affaiblit de jour en jour. Que faire alors de ces souvenirs ? De ces moments que nous partagions et qui disparaissent un peu plus au fil des jours ? Comment exprimer ses sentiments auprès de quelqu’un qui n’a jamais vraiment montré les siens et qui était très autoritaire ? Ce sera au travers de petits gestes ! En partageant par exemple un bol de groseilles que nous aurions auparavant cueillies ensemble.

L’écriture de Zoe Derleyn est extrêmement poétique et sensible. On ressent l’hésitation dans chaque mot et dans chaque geste de la jeune narratrice, qui se cherche encore, on sent aussi la tendresse et l’amour qu’elle éprouve pour ce grand-père mourant mais également pour sa grand-mère qui ne se laisse pas abattre quoiqu’il se passe.

On ressent avec justesse la fébrilité des derniers instants. Tout y est très intense. C’est court. C’est poignant. C’est percutant. C’est beau. Alors, préparez-vous ! Je tiens tout de même à préciser que je suis bien consciente que ce texte ne touchera pas tout le monde au même point de par ses thématiques mais de mon côté, il a su toucher mon cœur pour des raisons personnelles et je m’y suis beaucoup retrouvée.

Alors oui, ce roman ne sera pas le roman qui vous fera vivre mille et une aventures puisqu’en effet c’est un récit très contemplatif mais encore mieux, il vous fera ressentir !

  • Plume de l'autrice
  • Récit
  • Personnages
4

Marine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page