Accueil » Nos articles » Âge tendre – Clémentine Beauvais

Âge tendre – Clémentine Beauvais

La présidente de la République ayant décidé que tout élève doit accomplir une année de service civique entre sa troisième et sa seconde, Valentin a posé ses voeux. Malheureusement pour lui, ils n’ont pas été respectés et l’adolescent est envoyé dans un centre pour personnes âgées atteintes d’Alzheimer, situé dans le Pas-de-Calais, conçu pour ressembler à un village des années 1960.

TW : alzheimer, deuil, adultère, divorce


Quel coup de cœur cette lecture ! J’ai été traversée par différentes émotions, notamment la joie. J’avais juste un sourire immense collé aux lèvres tout le long de ma lecture. J’ai ri, mais qu’est-ce que j’ai ri ! C’est la première fois, il me semble, que j’ai autant ri devant un roman. J’ai du mal à montrer mes émotions à l’extérieur (genre je ris mais dans ma tête seulement), et là, je ne pouvais pas m’empêcher de pouffer et de rire à gorge déployée ! C’était juste extra, et rien que ce point devrait vous faire pencher vers la balance « achat » !

Après la joie, vient un petit peu la tristesse. En effet, l’autrice traite de différents sujets, toujours avec légèreté, mais qui implique quand même de passer « aux choses sérieuses » par passages. En plus du sujet principal (l’alzheimer) qui est quand même dur malgré les rires qu’il peut nous procurer (vraiment dans ce roman, il y a que majoritairement les “bons côtés” de cette maladie qui sont montrés !), elle nous présente des problèmes importants et qui peuvent impacter beaucoup de personnes (à mon sens).

Le personnage de Valentin, le jeune garçon qu’on va suivre tout le long de l’histoire, était vraiment vraiment très intéressant. On sent dès le départ qu’il est particulier et qu’il a un petit problème. Sa façon d’écrire était très étrange à lire au départ, mais on s’habitue. Il a vraiment ces petites expressions à lui qui le définissent si bien ! Il a d’ailleurs une évolution assez phénoménale tout le long de ce roman : on le remarque d’abord grâce aux « notes retrospectives » que son « lui » du futur va écrire. En effet, il commente son rapport de serçi, un an plus tard, et sa façon de se moquer de lui même et d’écrire est incroyablement différente ! Bref, Valentin était un personnage atypique et tout en finesse que j’ai énormément aimé suivre ! Les autres personnages étaient aussi tous géniaux ! Les colocataires de Valentin, Sola, Serge, les vieux… Ils étaient tous drôles et touchants à leur façon.

Pour finir, j’aimerais juste ajouter ô combien j’ai aimé l’idée principale de Clémentine Beauvais ! Déjà, nous sommes avec UNE présidentE, donc, une très bonne initiative je trouve héhé ! J’ai beaucoup aimé l’idée des « serçis » qui sont des sortes de stages d’une année dans une région autre que la notre et dans un secteur avec des « activités » qui nous correspondent. Je trouve ça vraiment intéressant et j’avoue que j’aurai moi-même bien envie d’y participer pour me donner une approche plus précise du monde du travail ! Ensuite, elle a elle-même pensé à tout le complexe des unités Mnémosyne : des maisons de retraites où les personnes âgées revivent quotidiennement les années de leurs jeunesses. Donc on retrouve les chansons, les films, les objets, les vêtements qui les ont accompagnés dans leurs souvenirs…

  • Personnages
  • Originalité
5

Erin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page